louis-marie catta

 

LM CATTA-portrait - miroirNé à Montréal en 1953. Vit et travaille à Paris et en Basse-Normandie

• 2013. Usine Utopik. Intérieur-extérieur avec «Paroles»

• 2012. Au 9 cube, Mairie du IXe, Paris, avec «Traversée»

• 2011. Arterritoire avec «L’image et le signe une rencontre mouvante»Galerie MLC avec «Ligne blanche et verte»

• 2010. L’œuvre et le lieu. Château de Falaise, avec «Chair»

• 2010. Centre d’art « La basse cour », Arnouville. «Prise de terre», avec «L’arbre au cœur»

• 1996/97. SAGA, Paris  avec «Papiers chinois»

• 1996. Salon de Montrouge  avec «Larmes d’orme»

• 1994/93. «L’âge de la caresse» (94). «Au centre d’une voile» (93). Chapelle de la Salpêtrière. Paris

Expositions personnelles :

1995. Ville d’Alzey (Allemagne) : «Boléros»

2000. Ville de Fougères, Galerie des Urbanistes : «Ces danseurs, ceux-là, ces deux-là»

2011. Tessy-sur-Vire, Usine Utopik : «Surface et profondeur»


❏ Louis-Marie Catta a peut-être gardé, du Canada de son enfance ou de son ancienne profession de paysagiste, le goût du dialogue et de la communion avec l’espace qu’il voudrait investir.

Il s’agit en effet de structurer, de dynamiser l’espace en sollicitant la participation active du visiteur : à la nécessité du créateur d’agir sur le lieu, doit correspondre l’envie du spectateur d’agir sur l’oeuvre ! Comme un metteur en scène, Louis-Marie Catta entr’ouvre des portes sur un univers de réminiscences intérieures, de gestes oubliés, jouant sur différentes sphères de la médiation, photo, vidéo, textes, son…, relie ses choix insolites par des jeux de miroirs et de lumière, crée des correspondances inattendues, jette des passerelles -parfois matérialisées- à son public.
Souvent éphémères, parfois pérennes comme L’homme au centre des cultures du monde en 2000 à Fougères (Ille-et-Vilaine) ou Cage, non cage en 2005 à Auneau (Eure-et-Loire), ses constructions sont souvent des abris ouverts, des cages gigantesques aux barreaux espacés, qui suggèrent des sensations contradictoires d’enfermement et d’échappée, d’inclusion et d’évasion, de prise de distance et d’invitation. De même, l’idée de profondeur -géographique ou temporelle- induit-elle, en contrepoint, celle de surface. C’est le thème de sa nouvelle création à l’Usine Utopik de Tessy-sur-Vire.

 Odile Crespy. 2011

 


sculpture in situ.  2017

Etoile
Mortier tuileau – acier – bois de Douglas et peuplier – arbustes et graminées – peinture suédoise
Le tronc du peuplier est le centre d’une formation en étoile suggérant la convergence des savoir-faire
et des talents vers ECOBATYS (pôle de performances et d’éco-construction) ainsi que le rayonnement de sa réputation.

 

          

 

installations antérieures

1993/2012

 

Voile w Mélange w Bréel 2 w UU2 w


autres créations / installations

Cage,_Non-cage w L'Arbre_O_cœur 2 w Arbre_O_cœur w Traversée w Chair w Bréel w Parole w Spirale_de_Zéroà w UU w Foug w

papiers chinois

135 x 61 cms. Encre de chine et acrylique sur papier de riz marouflé sur papier de riz. 1995/2001

Pap.ch-6Pap.ch-5 Pap.ch-3 Pap._ch-9 Pap._ch-4 Pap._ch-2 Pap._ch-1 Pap.ch-12 Pap.ch-8 Pap.ch-7

 

 

 

 


❏ Ces encres ne sont pas des encres, mais le reflet d’un poisson d’argent à la crête des vagues, le souvenir d’une algue s’enroulant à nos pieds, la trace d’une lumière se jouant des profondeurs… Elles ne racontent pas la mer : elles sont le rêve d’un homme qui a gardé au fond des yeux la danse du ressac, et celle-ci fait écho à tous nos tremblements, effrois, palpitations… Entendez-vous bruisser nos marées intérieures ?

 Eve Roland

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *